Livre lu sur liseuse

images-upload-livres-zoom-la-servante-ecarlate-jpg200-0-auto-y-16777215Résumé : Dans un futur peut-être proche, dans des lieux qui semblent familiers, l'Ordre a été restauré. L'Etat, avec le soutien de sa milice d'Anges noirs, applique à la lettre les préceptes d'un Evangile revisité. Dans cette société régie par l'oppression, sous couvert de protéger les femmes, la maternité est réservée à la caste des Servantes, tout de rouge vêtues. L'une d'elle raconte son quotidien de douleur, d'angoisse et de soumission. Son seul refuge, ce sont les souvenirs d'une vie révolue, d'un temps où elle était libre, où elle avait encore un nom.

Critique : C'est un livre qui vous laisse réfléchir et un goût amer en bouche. Je trouve qu'il est tout à fait d'actualité. Je ne sais pas ce que j'ai trouvé de plus effroyable: faire que le viol soit normal, de faire des femmes juste des récipients à bébé et quelque chose que je trouve encore d'actualité c'est impossible que les hommes soient stériles. Les femmes sont même imposés sur leurs habits. J'aime beaucoup celle qui raconte l'histoire car elle s'accroche à la moindre parcelle de vie, elle s'accorche aussi au temps d'avant, j'ai détesté le commandant et je le trouve vraiment imbu de sa personne , il me fait vomir. Son épouse je ne sais pas trop comment la voir, je crois qu'à un moment la situation lui a échappé. J'ai bien aimé les femmes de maisons, on voit d'alleurs moins leur souffrance.Nick le gardien m'a plu aussi et nous montre peut-être que ce monde n'est pas viable. En tout cas avec ce livre, je suis pas prête de passer aux sans contacts vu comment s'est détourné dans l'hsitoire, j'aime bien encore avoir de l'argent liquide. C'est une fin qui n'est pas vraiment une fin,ça ressemble beaucoup à 1948 de Orwell. Un livre qui vous glace surtout quand on voit les actualités du moment : que ça soit la régression sur le droit des femmes ou le manque d'intérêt à notre planète. Je vous avoue que si ça m'arrivait, je ne sais pas ce que je choisirais, est ce que je serais comme cette femme qui se bat pour ne pas mourir et qui finit par en accepter l'inomable.

 

J'ai pris un livre plus doux, celui là m'a trop remué.