Boudix et ses passions

05 juillet 2019

Le coeur en braille quatre ans après de Pascal Ruter

cbRésumé : Victor a une idée fixe : découvrir qui est Sally Marshall. Cette actrice qui n'a pas froid aux yeux ressemble à sa mère comme deux gouttes d'eau !
Son scénario : que son père et Sally se reconnaissent, et tombent amoureux...
Deux mois d'été ne seront peut-être pas de trop pour réaliser ce long-métrage au doux parfum des souvenirs. Surtout si Marie-José décide de s'en mêler, mais avec une toute autre idée en tête !

Critique : J'aime moins le début avec Victor et Marie qui ont des problèmes hormonaux... bof bof. Après on retrouve Victor un peu plus grand et l'histoire revient avec des personnages qu'on a croisé dans les 2 tomes voir comme ils ont grandit ou évolué, c'est aussi les hasards de la vie qui les font se retrouver, et aussi de devenir une famille, en tout cas un livre encore plein de poésie de larme et de rire. Le tome 3 donne une fin sympathique. J'ai bien aimé cet auteur, j'essaierai d'en retrouver de lui.

Phrase post-ité : "Un type qui avait l'air d'avoir avalé une cravate amidonnée est apparu sur l'écran pour un flash spécial.

- Ça a l'air grave, a dit papa.

On se demandait s'il allait nous annoncer la guerre nucléaire ou, encore plus grave, un concert obligatoire de Mireille Mathieu."

J'ai ri avec cette phrase alors je l'ai gardé.

Posté par boudix à 09:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


04 juillet 2019

Quand sort la recluse de Fred Vargas

recluseRésumé : "- Trois morts, c'est exact, dit Danglard. Mais cela regarde les médecins, les épidémiologistes, les zoologues. Nous, en aucun cas. Ce n'est pas de notre compétence.
- Ce qu'il serait bon de vérifier, dit Adamsberg. J'ai donc rendez-vous demain au Muséum d'Histoire naturelle.
- Je ne veux pas y croire, je ne veux pas y croire. Revenez-nous, commissaire. Bon sang mais dans quelles brumes avez-vous perdu la vue ?
- Je vois très bien dans les brumes, dit Adamsberg un peu sèchement, en posant ses deux mains à plat sur la table. Je vais donc être net. Je crois que ces trois hommes ont été assassinés.
- Assassinés, répéta le commandant Danglard. Par l'araignée recluse ?"

Critique : Un bon petit policier tout tranquille au rythme d'Adamsberg il me fait rire ce flic et ses bulles gazeuses, Danglard m'a un peu déçu mais on le voit pas trop et heureusement. Par contre j'ai tout de suite deviné le meurtrier du à une phrase de l'auteur. Pour les gens qui n'aiment pas trop les araignées je ne conseille pas ce livre, parce que dedans on en parle beaucoup de ses recluses... Sinon j'ai trouvé la fin très bien, et Adamsberg pas si bon pour une fois mais avec raison finalement.

 

Phrase post-ité : "- Ou, dit Veyrenc, en les aspirant hors de leur planques ? Ça résiste, une araignée. Il n'y a plus qu'à ouvrir le sac de l'aspirateur et à la choper.

- Excellente idée, dit Adamsberg

- Là-dessus je confirme, dit Voisenet. Elles restent vivantes dans le sac, aucun doute."

Avec cette petite phrase, j'ai découvert que mon aspirateur n'était pas trop utile contre ses bestioles, même si je les tue rarement car une araignée à beaucoup d'avantage, elles sont parfois aux mauvais endroits au mauvais moment.

Je suis en crise lecture en ce moment...

Posté par boudix à 10:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

03 juillet 2019

Le coeur en braille 3 ans avant de Pascal Ruter

coeurenbrailleRésumé : Entre la passion de son père pour les puzzles géants, les lubies de sa mère pour les flamands roses et les manies de sa tante autiste, Victor a fort à faire. Alors, quand déboule son oncle Zak, bourlingueur notoire, c'est toute la famille qui entre dans une zone de turbulence ! Et la vie de Victor est changée à jamais.

Critique : On, retrouve Victor mais en petit garçon, un livre plus enfantin mais toujours une écriture magique et vraiment un gamin gentil. Son oncle Zack a débarqué dans sa famille et il y fout un peu le bazar pour le bien de tout le monde ou pas. Toujours un livre où l'on peut rire et pleurer à la fois.

Posté par boudix à 10:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

02 juillet 2019

Le coeur en braille de Pascal Ruter

bm_CVT_Le-coeur-en-braille_7826Résumé : Jusque là, pour Victor, une année scolaire c’est du saut à l’élastique sans l’élastique. Ce qu’il préfère ? Écouter les Rolling Stones, se gaver de loukoums avec son copain Haïçam, parler mécanique avec son drôle de père… Quand il ne s’amuse pas à planquer le PQ des toilettes des filles, il essaie d’échapper aux punitions qui pleuvent sur lui comme la foudre sur le paratonnerre.
Mais lorsque Marie-José, génie absolue, déboule dans sa vie un beau jour de contrôle de math, c’est tout son univers qui implose…

Les aventures de cette tribu joyeuse et loufoque vous tiendrons en haleine !

P.S : si vous avez envie de rire, c'est normal. Si vous avez envie de pleurer, c'est normal aussi.

Critique : Un petit livre bien sympathique où on voit des gamins grandir et affronter tous les petits soucis ou grands soucis de leur âges. Victor le héros est vraiment assez sensible et surtout pas si bête et le fait qu'il confonde les mots lui donne parfois une logeur d'avance sur les autres. J'ai beaucoup aimé l'ecriture aussi.

Posté par boudix à 10:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

01 juillet 2019

Nympheas Noir de Michel Bussy

Nympheas-noirs_4357Résumé : Tout n'est qu'illusion, surtout quand un jeu de miroirs multiplie les indices et brouille les pistes. Pourtant les meurtres qui troublent la quiétude de Giverny, le village cher à Claude Monet, sont bien réels.
Au coeur de l'intrigue, trois femmes: une fillette de onze ans douée pour la peinture, une institutrice redoutablement séduisante et une vieille femme aux yeux de hibou qui voit et sait tout. Et puis, bien sûr, une passion dévastatrice. Le tout sur fond de rumeur de toiles perdues ou volées, dont les fameux Nymphéas noirs. Perdues ou volées, telles les illusions quand passé et présent se confondent et que jeunesse et mort défient le temps.

Critique : Un très bon livre sans forcement beaucoup d'action mais quand tout est révélé c'est à ce moment là qu'on se rend compte qu'on a été bien baladé. Même si j'avais mis le doigt dessus je me suis quand même bien faite avoir, j'ai beaucoup aimé les 3 femmes et aussi le flic bien sympa. Par contre j'ai trouvé un peu naïve instittruce et elle se maisse trop porter. L'assassin m'a bien ennervé aussi. Mais la fin est un délice.

 

J'ai lu ce livre en attendant aux urgences de l'hopital, je vais mieux mais je vois bientôt mon noveau médecin pour en savoir plus. En clair je ne suis pas au mieux de ma forme mais je pense que le stresse me oue des tours...

 

Posté par boudix à 15:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


28 avril 2019

La mort selon Turner de Tim Willocks

CVT_La-mort-selon-Turner_1477Résumé : Lors d'un week-end arrosé au Cap, un jeune et riche Afrikaner renverse en voiture une jeune Noire sans logis qui erre dans la rue. Ni lui ni ses amis ne préviennent les secours alors que la victime agonise. La mère du chauffeur, Margot Le Roux, femme puissante qui règne sur les mines du Northern Cape, décide de couvrir son fils. Pourquoi compromettre une carrière qui s'annonce brillante à cause d'une pauvresse ? Dans un pays où la corruption règne à tous les étages, tout le monde s'en fout. Tout le monde, sauf Turner, un flic noir des Homicides. Lorsqu'il arrive sur le territoire des Le Roux, une région aride et désertique, la confrontation va être terrible, entre cet homme déterminé à faire la justice, à tout prix, et cette femme décidée à protéger son fils, à tout prix.

Critique : Ce livre m'a pris du temps à lire car d'abord il demande beaucoup de concentration et il a des passages assez violent et très bien décrit. J'ai beaucoup aimé l'histoire découvrant l'Afrique du Sud  et les mentalités de là bas donc j'ai bien voyagé.  Chaque personnage est très bien décrit  et franchement difficile de les détester même si certains sont franchement détestable. Turner le héros de l'histoire m'a énormément plut en tout cas j'ai beaucoup aimé ce livre malgré la violence. L'auteur est très fort pour la description et la psychologie des personnages. La fin est aussi très bien faites et bien choisit.

Posté par boudix à 11:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

20 septembre 2018

Mal de Pierre de Milena Agus

bm_3877_1737370

Résumé : Entourée de jeunes hommes qui pourraient demander sa main, l’héroïne tarde pourtant à trouver un mari car elle rêve de l’amour idéal. A trente ans, elle est déjà considérée comme une vieille fille par les siens, dans une Sardaigne qui connaît les affres de la Seconde Guerre mondiale… Et lorsqu’elle conclut une union très attendue, c’est en affirmant haut et fort que ce n’est pas par amour mais par raison. Comme son unique enfant, l’amour se fera attendre. Elle finira par le rencontrer sur le Continent, lors d’une cure thermale destinée à guérir son “mal de pierres”, des calculs rénaux, mais qui aura raison aussi de son “mal d’amour”. A sa petite-fille, elle racontera quelques décennies plus tard ses émotions, ses cheminements, tout en laissant des zones d’ombres. La vérité ne se recomposera que longtemps plus tard, de façon inattendue, lorsque la dernière pièce du puzzle se retrouvera entre les mains de la narratrice. Mais quelle est au juste la vérité ?

Critique : Je me suis pas fait emporter par ce livre me demandant constamment où était l'intêret de ce livre, la fin ne m'a même pas surprise puisque j'avais bien compris ce qui se passait. Par contre j'ai aimé découvrir la vie après la deuxième guerre mondiale et les mentalités et coutumes italiennes. C'est un livre assez court, sinon je l'aurais arrêté avant la fin.

J'ai lu ce livre il y a quelques temps j'avais juste oublié de faire ma critique...

Posté par boudix à 17:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

16 septembre 2018

Naissance d'un pont de Maylis de kerangal

cvt_Naissance-dun-pont_2240

Résumé : À l'aube du second jour, quand soudain les buildings de Coca montent, perpendiculaires à la surface du fleuve, c'est un autre homme qui sort des bois, c'est un homme hors de lui, c'est un meurtrier en puissance. Le soleil se lève, il ricoche contre les façades de verre et d'acier, irise les nappes d'hydrocarbures moirées arc-en-ciel qui auréolent les eaux, et les plaques de métal taillées en triangle qui festonnent le bordé de la pirogue, rutilant dans la lumière, dessinent une mâchoire ouverte.

Critique : Le début était intéressant mais ça été un parcours du combattant pour le terminer, des phrases qui ne veulent plus rien dire et ça finit par être chiant, Je l'ai finit mais franchement ça m'a juste gonflé. 

Posté par boudix à 14:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

17 juillet 2018

Dans les Forêts de Sibérie de Sylvain Tesson

téléchargement

Ma lecture rentre dans le cadre du club vendredilecture :

CLVL-Ami-2018

 

Résumé : Assez tôt, j'ai compris que je n'allais pas pouvoir faire grand-chose pour changer le monde. Je me suis alors promis de m'installer quelque temps, seul, dans une cabane. Dans les forêts de Sibérie.
J'ai acquis une isba de bois, loin de tout, sur les bords du lac Baïkal.
Là, pendant six mois, à cinq jours de marche du premier village, perdu dans une nature démesurée, j'ai tâché d'être heureux.
Je crois y être parvenu.
Deux chiens, un poêle à bois, une fenêtre ouverte sur un lac suffisent à la vie.
Et si la liberté consistait à posséder le temps ?
Et si le bonheur revenait à disposer de solitude, d'espace et de silence - toutes choses dont manqueront les générations futures ?
Tant qu'il y aura des cabanes au fond des bois, rien ne sera tout à fait perdu.

Critique : J'ai eu parfois des difficutyés à lire ce livre parfois un peu compliqué mas j'ai vraiment beaucoup aimé. Une découverte sur beaucoup de choses, l'ecrivain décrit ses 6 mois seuls et il nous fait voyager dans cette nature sauvage mais également à travers les saisons. En parsemant le livre de critique sur la société d'aujourd'hui et de philosophie. J'ai eu parfois l'impression d'être avec lui dans cette petite cabane au bord du lac Baïkal. Le seul souci de ce livre c'est l'alcool ingurgité, ça m'a quand même choqué.

J'ai pris 2 phrases dans ce livre :

"La décroissance ne constituera jamais une option politique. Pour l'appliquer, il faudrait un despote éclairé. Quel gouverneur aurait le courage d'imposer pareille cure à sa population ? Comment convertirait-il une masse à la vertu ascèse ? Convaincre des milliards de Chinois, d'Indiens et d'Européens qu'il vaut mieux lire Sénèque qu'engloutir des cheesbrurges ? L'utopie décroissante : un recours poétique pour individus désireux de se confronter aux principes de la diététique."

"- Offrir des fleurs aux femmes est une hérésie. Les fleurs sont des sexes obscènes, elles symbolisent l'éphèmère et l'infidélité, elles s'ecartèlent sur le bords des chemins, s'offrent à tous les vents, à la trompe des insectes, aux nuages de graines, aux dents des bêtes; on les foule, on les cueille, on y plonge le nez. A la femme qu'on aime il faudrait offrir des pierres, des fossiles, du gneiss, enfin une de ces choses qui dure éternellement et survivent à la flétrissure."

Pour la deuxième phrase, ceux qui me connaissent comprendront...

Posté par boudix à 18:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

16 juin 2018

Du point de croix ...

Oui il m'arrive parfois de prendre mon aiguille et d'avancer un ouvrage. et voici le resultat :

IMG_20180616_171655

Posté par boudix à 17:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :